Lauréats des Prix 2012

Lauréats 2012

Plus de 57 jeunes leaders venant de 19 pays à travers le monde furent mis en nomination pour ces prix. Nous sommes vraiment inspirés et honorés d’avoir reçu leur nomination et applaudissons le travail incroyable qu’ils accomplissement pour améliorer leur communauté.

Plusieurs évènements furent organisés à travers le pays lors de la tournée d’engagement du public des prix jeunes leaders 2012. La cérémonie de remise des prix eut lieu à l’hôtel de ville de Montréal le 10 octobre 2012. Elle fut suivie par des présentations des lauréats à l’université d’Ottawa, aux bureaux de Ghost River Rediscovery, un organisme qui offre dans programmes éducatifs aux jeunes autochtones de la région de Calgary, à l’université de Calgary, à un évènement spécial de Jeunesse Canada Monde à Ottawa et finalement à la réception de la conférence annuelle « International Volunteer Cooperation Organizations » à Ottawa.


Prix d’excellence Ancien de JCM – Canada

Tim Murphy & Noémie Desbiens-Riendeau

Co-organisateurs du projet « Entre grange et gratte-ciel : Échange agricole ville-campagne », Santropol Roulant, Canada

Tim Murphy et Noémie Desbiens-Riendeau sont tous deux employés du Santropol Roulant. Organisme communautaire montréalais plusieurs fois récompensé pour son travail, fondé et géré par des jeunes, le Santropol Roulant a pour objectif de rapprocher les gens par-delà les générations et les cultures à travers une approche novatrice de la livraison de repas.

Tim travaille pour le Santropol Roulant depuis 2006 et occupe actuellement le poste de directeur du développement durable pour lequel il est responsable de la supervision de la mise en place du programme d’agriculture urbaine. Tim, qui détient un baccalauréat en environnement de l’Université McGill, a participé au programme d’échange Québec-Bénin de Jeunesse Canada Monde en 1998-99, une expérience qui lui a permis de se découvrir une passion pour le voyage et l’action communautaire.

Diplômée en sciences de l’agriculture de l’Université McGill et employé du Santropol Roulant depuis février 2011, Noémie est actuellement coordonnatrice à la vie communautaire – Programme en agriculture urbaine. Elle possède une expérience de travail riche et variée dans des fermes biologiques et une connaissance approfondie de la situation agricole au Québec.

L’échange agricole ville-campagne est un projet novateur monté par Tim et Noémie afin de répondre à un besoin de sources alimentaires plus locales pour les citadins, plus spécifiquement pour les communautés considérées comme des « déserts alimentaires » en raison d’un accès limité ou nul à des aliments nourrissants et abordables. En plus d’une forte composante pédagogique, en particulier à l’intention des jeunes, ce projet permettra de fournir directement de la nourriture à 30-40 familles et 10-15 personnes à autonomie réduite en procurant des légumes frais au programme hebdomadaire de paniers frais du Santropol Roulant. Ce projet permettra également de fournir de la nourriture à 150-200 personnes supplémentaires par le biais de la popote roulante du Santropol et des mini-marchés hebdomadaires.


Prix d’excellence Ancien de JCM – Outremer

Alain Tossounon

Co-fondateur, « Réseau des journalistes du Bénin pour l’eau et l’assainissement », Bénin

Fort de deux maîtrises, l’une en communication et journalisme, l’autre en sciences du langage et de la communication, Alain Tossounon a d’abord travaillé plusieurs années comme journaliste pour le journal Le Municipal à Cotonou, au Bénin. Il en est le directeur-rédacteur en chef depuis 2006.

Après avoir achevé un programme en journalisme au service des droits de la personne, Alain s’est promis de créer un réseau de journalistes soucieux des droits de la personne dans son pays et ailleurs. L’une des problématiques qui lui tient le plus à cœur est celle de l’accès à l’eau. À l’époque, plus de la moitié de la population béninoise ne disposait pas d’un accès à l’eau potable.

Pour affronter ce problème, Alain a contribué à la création du RJBEA, le Réseau des Journalistes du Bénin pour l’Eau et l’Assainissement, officiellement inauguré en 2007 et dont il est le coordonnateur adjoint. Ce réseau rassemble 70 hommes et femmes issus du milieu de la presse écrite, de la radio et de la télévision. Tous sont des journalistes et militants, réunis par une cause commune : un accès durable à l’eau potable et à des réseaux d’assainissement pour la population du Bénin. Ce réseau a la double mission d’assurer la diffusion d’articles portant sur les questions de l’accès à l’eau et de l’assainissement et la pression politique auprès des autorités centrales pour les pousser à adopter des stratégies politiques permettant un meilleur accès à l’eau au Bénin.

C’est en septembre 2010 qu’Alain est entré dans la famille Jeunesse Canada Monde par le biais de son poste de superviseur de projet pour le programme Jeunes leaders en action, un poste au sein duquel il s’est illustré comme un excellent exemple de leadership communautaire pour nos jeunes bénévoles.


Prix Innovation Jeunesse

Subhash Ghimire

Fondateur, « The Sarswati Peace School, Népal »

Subhash est originaire d’Arupokhari VDC, à Gorkha, au Népal. Il avait neuf ans la première fois qu’il a quitté son petit village de l’ouest du Népal après avoir été sélectionné pour recevoir une bourse d’études à la Budhanikantha School, une école prestigieuse de Kathmandu. Une fois ses études terminées, il a obtenu une nouvelle bourse, en sciences politiques, cette fois, pour étudier à St. Olaf College dans le Minnesota, aux États-Unis.

La ville natale de Subhash a été durement affectée par la guerre qui a fait rage entre 1996 et 2006 dans son pays. Choqué par l’évidente violation des droits des victimes de guerre, il a tenu à participer aux efforts de reconstruction de la paix. En 2008, après son séjour aux États-Unis, il a décidé de rentrer chez lui et d’y fonder la Sarswati Peace School.

La Sarswati Peace School accueil 250 étudiants. Tous sont des victimes directes de la guerre civile au Népal. Par ailleurs, l’école bénéficie directement à plus de 2 000 personnes qui disposent d’un accès à la bibliothèque, aux services Internet et à diverses autres ressources. La Sarswati Peace School est la toute première école de la paix à répondre aux besoins en éducation accessible et en ressources pédagogiques depuis la fin de la guerre civile au Népal.

Ce projet a rassemblé des personnes issues de divers milieux et groupes ethniques afin qu’ils s’unissent pour contribuer à l’élaboration de l’école. Anciens rebelles, représentants du gouvernement et leaders locaux se sont ainsi rencontrés et mis d’accord sur le concept de l’école. Il s’agit d’un projet particulièrement pertinent qui vise à affecter de façon concrète la vie des jeunes touchés par la guerre et à leur donner les outils et la formation nécessaires pour créer un avenir plus juste et plus serein au sein de leurs communautés.