Bonnita Preston: Trouver un terrain d’entente

Dans le cadre du programme SIJA, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes intéressantes. Mon équipe s’appelle SIJA Chimbote et nous sommes un groupe de quatre femmes, trois du Canada et une Péruvienne – moi-même, Bonnita, Alexis et Joanna. Alexis est une Shuswap de la Première Nation Tsq’escen et Joanna est une Oji-Cree de North Caribou Lake, en Ontario. Nous sommes dirigés par Pamela qui travaille pour la Brigada De Voluntarios Bolivarianos del Perú. Pamela vit dans la ville de Chimbote, au Pérou. 

Au cours de la dernière semaine, mon équipe a participé à des échanges culturels significatifs avec nos partenaires au Pérou. Chaque personne de mon équipe a fait une présentation sur sa propre culture autochtone. J’ai eu l’occasion de partager une présentation sur l’histoire et la culture du peuple métis au Canada, et d’écouter des présentations culturelles sur d’autres groupes autochtones au Canada et au Pérou. 

J’ai appris que les peuples autochtones du Canada et du Pérou ont de nombreuses valeurs culturelles et croyances similaires. L’une des similitudes entre les peuples autochtones du Canada et du Pérou est que les deux cultures honorent une roue de médecine. Chaque roue de médecine est unique, mais elles partagent le même concept. 

La roue de médecine est un symbole sacré représentant la terre et les éléments de la nature. Il s’agit d’un outil d’apprentissage permettant de partager le caractère sacré de la connaissance universelle que l’on retrouve dans de nombreuses cultures autochtones tout autour de la planète! Une autre similitude est que les deux cultures ont des relations avec les esprits des plantes en tant que médicaments sacrés. 

Le Pérou et le Canada partagent des problèmes environnementaux similaires, comme la nécessité de protéger et de préserver les zones humides. Mon équipe a passé du temps à effectuer des recherches sur les oiseaux migrateurs en relation avec les zones humides au Pérou et au Canada. Après avoir appris ces informations, nous avons préparé une présentation sur les oiseaux migrateurs que nous avons partagée avec de jeunes enfants au Pérou. Nous espérons ainsi inciter les enfants à aimer et à prendre soin de la nature. 

Nous avons pu constater que les enfants étaient intéressés et émus par ce que nous leur avons montré. Les enfants avaient beaucoup de questions et de réflexions sur les oiseaux migrateurs. Lorsque nous leur avons demandé s’ils et elles pensaient que les zones humides du Pérou étaient protégées, leur réponse a été un triste « non ». 

Nous avons également pu pratiquer et apprendre plus d’espagnol puisque nous avons fait la présentation en espagnol! En plus des forums sur l’environnement, nous sommes entrées en contact avec des enfants du Pérou pour leur donner des cours d’anglais gratuits. Je n’avais jamais réalisé à quel point il était difficile d’enseigner une langue! C’était un défi de voir la langue d’un autre œil. 

Dans l’ensemble, je suis très reconnaissante de la façon dont ce stage me permet d’apprendre et de grandir. La langue, la culture, l’environnement et l’acquisition d’une nouvelle perspective sur toutes ces choses. J’ai hâte de vous en dire plus dans le prochain article sur mon parcours dans ce programme. 

À la prochaine, 

¡Hasta Luego! 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *