Programme 2022

Les jeunes ont besoin de JCM :
un message d’une ancienne, Melissa Humphries

Melissa Humphries avait 17 ans lorsqu’elle a voyagé en Colombie-Britannique et à JinZhou, en Chine, dans le cadre d’un échange JCM. Aujourd’hui, Melissa dirige son propre programme d’échange; elle est la fondatrice et la directrice générale de Home.International Newfoundland, qui facilite les occasions d’études à l’étranger pour des élèves du niveau secondaire qui viennent vivre à Terre-Neuve.

Quels meilleurs domaines pour dépenser de l’argent que l’éducation et l’exploration?
Après tout, bon nombre des meilleures personnalités et de celles qui ont le mieux réussi ont d’abord commencé par un voyage d’exploration.

C’est avec beaucoup de reconnaissance et de soin que j’attribue le succès de mon parcours actuel à mon expérience avec Jeunesse Canada Monde. Jeunesse Canada Monde m’a non seulement fourni les outils nécessaires à l’exploration de soi, mais m’a également mis sur la voie de ma carrière : offrir un apprentissage global et des échanges culturels aux enfants et aux jeunes.

Je venais d’une très petite ville dont la population était environ 400, où le monde semblait si loin la plupart du temps. Jeunesse Canada Monde m’a emmené en Chine et en Colombie-Britannique où mon amour du monde a explosé. J’ai quitté ma ville natale comme simple personne et j’y suis revenu avec une mentalité digne d’une licorne.

Nous vivons maintenant une période de révolution technologique, en tandem avec la pandémie, qui ont toutes deux poussé les jeunes à l’intérieur, derrière leurs écrans. De plus en plus de jeunes interagissent et apprennent via des écrans, plutôt que dans le monde physique. Il ne s’agit pas de discréditer la technologie, mais de dire que les occasions de sortir de la maison, de sortir de sa propre bulle et de sa propre zone de confort, comme celles offertes par Jeunesse Canada Monde, sont irremplaçables. Pour moi, et pour tant d’autres, c’était le catalyseur d’une mentalité mondiale élargie.

Éternellement reconnaissante,

♥️ Melissa

Nous faisons appel à toute la population canadienne pour nous aider à lancer des programmes CWY-JCM pour les jeunes en 2022. 

Les effets et l’avenir du Défi Innovation

Abigail Penney, 19 ans, pense que l’ensemble des jeunes devraient apprendre d’où vient leur nourriture.

CWY-JCM a conçu et organisé le Défi Innovation pour la première fois l’année dernière. Le nouveau programme répond à la pandémie et aux difficultés que rencontrent plus particulièrement les jeunes, en raison des fermetures, de l’isolement social et du ralentissement économique.

En 2021, les finalistes du Défi Innovation, Amber Sayed et Abigail Penney, ont dû faire face à l’enseignement en ligne et à l’isolement qui l’accompagne.

Bien que la pandémie ait touché chacun d’entre nous et notre capacité à participer aux activités qui nous tiennent à cœur, les fermetures ont eu des conséquences particulièrement importantes sur les jeunes. Selon le rapport « La vie en confinement », publié par la Commission de la santé mentale du Canada, les jeunes sont les plus susceptibles de subir des effets néfastes sur leur santé mentale, d’éprouver des difficultés scolaires et de manquer des occasions de carrière.

Une autre étude, menée par Environics Institute, Diversity Institute, TED Rogers School of Management et le Centre des compétences futures, a révélé que « les jeunes à la recherche d’un emploi sont plus vulnérables aux répercussions économiques de la COVID, car ils et elles ont eu moins de temps pour s’établir professionnellement ».

« Je suis presque à mi-chemin de mon diplôme et je n’ai même pas eu un semestre complet en personne, »

 

souligne Abigail, qui étudie les sciences bio-vétérinaires à l’Université Dalhousie, mais qui vit actuellement chez sa grand-mère à Terre-Neuve. « Je suis à la maison depuis la fin décembre et je n’ai vu presque personne, juste à cause de l’isolement, et chaque fois que je sors de chez moi, j’ai l’impression d’être exposée et de devoir revenir à l’intérieur. »

« Quand j’ai entendu parler pour la première fois du Défi Innovation, j’étudiais à la maison, explique Abigail, je me suis sentie vraiment inspirée par l’idée de présenter un grand projet et d’avoir de l’aide pour le réaliser. »

Le projet d’Abigail consiste à concevoir et à mettre en œuvre un programme d’études axé sur l’agriculture dans les écoles secondaires de la province.

« Au début de la pandémie, en mars 2020, on s’est d’abord inquiété de savoir si la chaîne d’approvisionnement de notre province pouvait être touchée, explique Abigail. Je me suis intéressée à la sécurité alimentaire à Terre-Neuve, car nous vivons sur une île qui produit très peu de ses propres aliments. »

Candidate pour le défi innovation, Amber Sayed (centre, droite) et son équipe pour le projet ‘ReWorks’.

Le projet d’Amber, dans lequel elle collabore avec plusieurs autres étudiants et étudiantes, s’appelle « ReWorks ». Géré par le centre d’entrepreneuriat de l’Université de l’Alberta, le projet a pour but de concevoir une entreprise sur la fabrication d’un matériau textile entièrement fait de tissus recyclés.

« Le Défi Innovation a été d’une aide inestimable, non seulement pour le projet ReWorks, mais aussi pour mon développement personnel », a commenté Amber, qui étudie la psychologie et les sciences politiques à l’Université de l’Alberta.

Le programme commence par un appel aux idées de jeunes du Canada sur des moyens novateurs de contribuer à la réalisation d’un ou de plusieurs des quatre piliers de notre mission : autonomisation et expérience pour les communautés Autochtones, moyens d’existence et d’entrepreneuriat durables, autonomisation des jeunes femmes et des filles, et durabilité de l’environnement.

Les finalistes sont sélectionnés parmi l’ensemble des candidatures et bénéficient du mentorat et de la formation d’une série de spécialistes au cours des six mois suivants. On espère que même après le programme de six mois, les jeunes auront établi des relations avec des spécialistes du secteur qui pourront être entretenues et exploitées dans le cadre de leur carrière.

« Toutes les personnes impliquées dans le Défi Innovation, a déclaré Amber, qu’elles soient de JCM ou des spécialistes externes qui participent, étaient d’une gentillesse incroyable et toujours prêtes à aider par tous les moyens possibles. »

Bien que leurs projets soient encore en phase d’incubation, les deux jeunes femmes conviennent que le mentorat a contribué à la réalisation des objectifs de leur projet, tout en leur étant bénéfique sur le plan personnel et professionnel.

Amber a déclaré que ses deux principales mentores, Antonella Penta, avocate de société, et Sandra Péloquin, directrice des relations internationales à la BDC et secrétaire générale du Groupe de Montréal, prennent régulièrement de ses nouvelles.

Gauche: Sandra Péloquin, Droite: Antonella Penta

« Sandra a de nombreuses relations dans les secteurs du textile et du recyclage, elle m’a donc beaucoup aidé à organiser des réunions avec des professionnels du secteur, a déclaré Amber. Antonella, dit-elle, a été une grande source de conseils lorsqu’il a été question de créer une entreprise, de déposer une marque de propriété intellectuelle, etc. »

« Ce sont toutes deux des femmes d’un soutien incroyable. Elles ont apporté des perspectives très précieuses de deux côtés différents et très importants du projet », a-t-elle ajouté.

En 2022, nous envisageons d’étendre le Défi Innovation, en acceptant 16  jeunes finalistes dans le programme de mentorat et en leur offrant une expérience encore plus riche et plus personnalisée. Aux participants et participantes de l’avenir, Abigail suggère de rencontrer les spécialistes aussi souvent que possible et de ne pas craindre de poser des questions.

« Je suis tellement reconnaissante pour les liens que Jeunesse Canada Monde m’a permis d’établir au cours de mon parcours dans le cadre du Défi Innovation », a déclaré Abigail.

« En tant qu’expérience d’apprentissage et moyen d’établir des liens avec d’autres personnes, j’ai absolument adoré faire ce programme », a conclu Amber.

Le Défi Innovation ne pourra pas se dérouler en 2022 sans le soutien supplémentaire des donneurs et donneuses. 

Aperçu de nos programmes en 2022

Nous avons devant nous une année de programmation passionnante, qui ne peut être réalisée sans financement supplémentaire. Si vous n’avez jamais donné à CWY-JCM, ou si vous ne l’avez pas fait depuis longtemps, c’est le moment. Ces programmes novateurs ont été élaborés à partir de problèmes mondiaux et d’une demande pressante des jeunes pour apporter les changements appropriés aujourd’hui.

Voici un aperçu des programmes que vous soutiendrez en faisant un don à Jeunesse Canada Monde. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *